Le 21 mars de l’an de Grâce 1200,



Moi Clébert, filius Guernicus, soumet à votre tribunal le verdict du jugement du Mage Melchior, Quaesitor et Hoplite de la maison Flambeau en ce jour.

Etant avéré que le Mage Melchior a, en présence de nombreux témoins dont Isengrin filius Jerbiton, Magmaerus filius Bonisagus, Solemus filius Tremere, Aenore fila Björnaer ainsi que de ma personne, utilisé sa magie pour

- attenter à la vie d'Aenora alors que celle ci avait accepté de se soumettre au jugement de ses pairs.

- violer les lois élémentaires de l'hospitalité en causant moult dommages à l'alliance de Guernac et en mettant en danger la vie de plusieurs de ses compagnons.

- menacer cette même alliance et, en ceci, chacun de ses membres.

- troubler la paix de la baronnie de Guernac et attirer ainsi méfiance et suspicion sur l’alliance.

- prendre la fuite et ainsi refuser de s'expliquer sur ses actes inqualifiables.

En conséquence de quoi je condamne le Mage Melchior filius Flambeau.

Primo, à verser la somme de cinquante livres et cinq livres de vis à l’alliance de Guernac en réparation des préjudices subits.

Secundo, étant donne la nature des menaces qui ont été proférées à leur encontre, j'informe l'ensemble des membres de l'Ordre d'Hermes que j’autorise tout Mage de l'alliance de Guernac, avec un sentiment de défense légitime, à causer dommage au Mage Melchior. Ce droit sera accordé jusqu'a ce que le Mage précité réponde de ses actes, répare le préjudice subit et revienne publiquement sur ses menaces.

Tertio, je demande à la maison Guernicus que Melchior soit relevé de ses fonctions de Quaesitor. Je souhaite que ce comportement contraire aux règles élémentaires de l’ordre et, de surcroît, exempt de toute charité chrétienne ne se reproduise pas. Les Quaesitor doivent incarner la loi d’Hermès et non l’enfreindre sans quoi toute l’œuvre de paix de la maison Guernicus partirait à vau l’eau.

Faites Dieu que ce jugement rendu selon les lois de l'Ordre soit porté à la connaissance de tous afin que nul ne puisse l'ignorer et qu’ainsi justice soit faite.


Vous assurant de notre concours en toutes circonstances,



Clébert, filius Guernicus