Retourner à la liste des discussions Reprendre le baron du Harem  
  Discussion ouverte à tous les personnages (07/1200)
  Siméone, réajustant sa chemise de soie...
Siméone :
« Hum, hum...

Comme vous le savez tous MesSeigneurs, j'ai au cours de ma vie beaucoup fréquenté les Harems... C'est même pour cela que l'on a fait de moi un eunuque. Je ne m'en plains pas, à l'époque c'était la seule solution pour éviter une mort certaine en tant qu'esclave...

L'étiquette d'un harem est très complexe et on y fait pas n'importe quoi. Les gardes ne prendront pas le risque de molester une des femmes du sultan, cela leur coûterait la vie si celui-ci est miséricordieux !

Vous pourriez peut être m'expédier dans le harem le temps de prévenir (et de convaincre le baron) puis nous faire tous revenir. Ensuite, sur les terres d'Auvergne il sera plus facile de maîtriser les gardes et les tigres sans craindre une arrivée massive de renforts (la garde du sultan). »
Aubert :
« Si vous y aller seul !
Comment savoir si vous avez réussi votre mission et au moment de faire apparaitre la scène nous verrons peut-être toute l'armée du sultant ?

Et il me répugne de voir notre seigneur Baron ainsi grimé en femme devant peut-être tous nos gens.
Cette tapisserie ne me plait guère.

Sans parler du risque de tuer ces jeunes femmes innocentes. »
Siméone :
« Vous soulevez un point de méthode fort intéressant maître Aubert, comment Dame Aurore saura t'elle à quel moment nous ramener du tableau (quel qu'il soit) ?

Quand à savoir si ma mission a réussi ou non, il faudra faire confiance à ma connaissance des harems et à ma capacité de convaincre les gardes qu'ils doivent sortir au plus vite, j'ai ma petite idée la dessus... »
Siméone :
« mhh mmhh...

Je pourrais, en arrivant dans le Harem, me faire passer pour un médecin qui découvre qu'une des concubines est affectée d'une maladie très grave et extrêmement contagieuse... la réaction la plus probable est une panique du harem et la sortie du plus grand nombre par la porte que nous voyons au fond de la tenture...

Si vous nous faites revenir à ce moment là, le problème sera résolu sans trop d'effusion de sang et le baron sera de retour parmi nous... un peu ridicule, il est vrai, mais de retour !! »
Aubert :
« La question est juste, quel est le bon moment pour nous ramener de la scène de tapisserie.
Les mages peuvent peut-être communiquer entre ceux dans la tapisserie et ceux dans le vrai monde ?
ou bien, la tapisserie sera animée comme durant le concours ?

Mais Siméone, je le répète, il me déplait de voir le baron couvert de ridicule à son retour.

J'ai cru comprendre qu'il fallait bien entrer dans une tapisserie avec le baron en arme afin qu'il puisse se défendre »
Siméone :
« En arme pour se défendre oui, mais la plus belle des victoires est celle qui se gagne sans risque. Si il n'est pas armé mais que la situation ne nécessite pas de combat, il n'y a plus de problème.

Par ailleurs, si le baron est couvert de ridicule à son retour, il ne le sera que devant un petit comité et Dieu merci, Dame béatrice ne sera pas présente !


*marmonant* et si ça peut lui mettre un peu de plomb dans la cervelle... »
Aenore :
« "La plus belle des victoires est celle qui se gagne sans risque", je pense que vous êtes certainement un grand herboriste, mais le courage ne semble pas vous étouffer...
D'autres disaient au contraire qu'à combattre sans péril on triomphe sans gloire... et il je pense pouvoir dire sans me tromper, et même si je le connait peu, que ce sera plus là l'avis de votre Baron.

D'après Dame aurore, l'objectif est de ressortir de la tapisserie tout ce qu'elle contient. Nous y envoyer au préalable permet de faire un peu de "ménage" avant cette étape.
Je trouve risuqé de faire sortir d'une tapisserie toute une ribambelle de femmelles soumises, leurs gardes et tout ce que vous voudrez... Sera-ce permanent, comme pour le baron?? Qu'en ferions nous?? »
Siméone :
« Dame Aénore, le courage est l'apanage des grands, des forts et des preux... Dans mon humble vie, j'ai été esclave et j'ai survécu... simplement survécu.

J'ai ensuite été acheté, vendu, castré, exploité et si j'ai pu survivre c'est uniquement parceque j'ai toujours appliqué ce principe simple: "la seule bataille que l'on est certain de gagner, c'est celle que l'on n'est pas obligé de mener".

Voila pourquoi je ne voudrais pas que l'on prisse de risque avec le Baron, mon maître; bien qu'il pense comme vous!

Quant à ce qui est de l'idée que vous vous faites des ces femmes de Harem, ce ne sont certainement pas des "femelles soumises"; dans ces pays, les femmes n'apparaissent que très peu dans la vie publique mais vous seriez surprise de connaître le nombre de décisions qui sont dictées depuis le sérail ! Elles sont sans doute fort cultivées, artistes et ... courageuses.

Nous pourrions ou les accueillir ou si elles le souhaitent veiller à ce qu'elle retournent dans leur pays, pour les gardes, si ils entendent raisons, ils peuvent devenir d'excellents soldats de la baronnie et je puis me charger de leur apprendre votre langue. »
Aenore :
« mmm... Quoi qu'il en soit, nous en savons trop peu sur cette magie pour avancer des hypothèses.
Nous avons besoin de plus d'informations de la part de Dame Aurore. »
Siméone :
« Effectivement, comme vous le soulignez, Gente Dame, nous ne savons pas si les effets du "retor" du tableau seront permanents. Permanents pour le baron, j'ose l'espérer, permanent pour les autres créatures en sortant, c'est une information capitale pour prendre la bonne décision.

Je vais sans doute vous choquer par mon faible engouement pour le combat mais pouvons nous envisager de faire revenir les créatures d'une tapisserie et d'attendre tout simplement ? »
Aenore :
« Encore faudrait il que ces créatures soient d'accord pour attendre...
D'un autre côté, j'avais moi même pensé à rester en dehors du tableau et combattre, si nécessaire, sur notre terrain...
Mais là encore, cela me parait infaisable dés lors que Dame Aurore s'est déjà lancée dans son enchantement.
Il semble que nous ayons été trop prompts à accepter sa stratégie... »
Magmaerus :
« Nous avons été trop prompt a tout accepté ce que proposait Dame Aenore.

Aenore, il me semble judicieux que quelques mages restent ici afin de pallier toute enventualité au retour.
Ceux qui partiront risquent d'être fatigué si le retour reste mouvementé. »