Aenore, filia Björnaer.

Histoire.

Indépendante et libre de toutes contraintes, Aenore passait le plus clair de son temps à survoler les bois verdoyants qui entouraient la ligne argentée de sa rivière.

Lorsqu'elle se posait et que ses pieds foulaient le sol, c'était pour aller écouter les enseignements de son Père :

"Ici nous sommes chez nous ma fille – disait il – et si l'Ordre ne nous veut pas, nous ne voulons pas de lui. Nos ailes foulent les nuages et nos esprits les cieux, notre liberté est notre force et rien ne saurait changer cela."

"Pourtant, nous devons nous cacher… Nous cacher de lui. Il est "l'ombre et la flamme", ses yeux sont des charbons ardents, son âme est nimbée de flammes et son cœur est de cendres. Il sert des vertus très hautes mais suit les mauvais chemins. Nos semblables lui ont donné le "droit" et, armé de ce bouclier, il aspire à nous détruire, à nous faire sombrer dans le brasier de sa haine. Mais tant que tu parviendras à regarder la face du soleil, tu n'auras pas à le craindre… car ton droit est plus noble que le sien."

C'était ainsi qu'il distribuait son enseignement et, heureusement, Aenore le comprenait. Ils coulaient des jours tranquilles sur les bords de la rivière.

Pourtant, cela ne dura pas. Un jour qu'elle pêchait, une brume s'éleva de la surface de la rivière… Non ! Ce n'était pas une brume, la rivière elle-même était en train de s'évaporer. L'air devint lourd d'humidité et Aenore dut se résoudre à reprendre forme humaine. Lorsque ses pieds touchèrent la terre, celle-ci était brûlante et la brume se mit à rougeoyer. Elle perçut le cri perçant de son père et ses ailes fendirent la brume jusqu'à la disperser puis elle le vit s'abattre sur le visage d'un homme qui hurla sa douleur et fit exploser sa rage en milliers d'étincelles. Tombant en tous sens, elles dévorèrent les arbres et la terre. Bientôt les bords de la rivière ne furent plus qu'un immense brasier.

"Tu dois t'enfuir maintenant... entendit elle dans son esprit, nous ne nous reverrons plus"

Son père l'avait protégée, il s'était sacrifié pour la sauver… Elle reprit son envol sans se retourner, trop effrayée pour regarder son ennemi étincelant.

Elle vola longtemps vers les montagnes pour enfin trouver, en haut d'une cascade un endroit où nicher en toute sécurité. Elle n'entendit plus parler de son ennemi durant quelques temps, pas plus que de son père… C'est par un soir d'hiver, alors qu'elle survolait sa nouvelle rivière qu'elle vit cet homme étrange. Il se tenait en haut de la cascade, contemplant les remous de l'eau, il tenait un étrange poignard dont la lame était tournée contre lui, et son corps était couvert de cicatrices.

Effrayée à l'idée que cet homme voulait attenté à sa propre vie, elle plongea et, de ses serres, lui arracha le poignard des mains. Surpris, l'homme se redressa brusquement et bascula… Aenore plongea à son tour, son corps s'allongea ses plumes disparurent, et la femme entra dans l'eau pour y chercher cet homme.

Elle le sortit de l'eau et, culpabilisée, s'occupa de le remettre sur pieds. Ils passèrent quelques temps ensemble et la douce folie qui accompagnait ce mage, car s'en était un, du nom de Platime, plaisait a Aenore. Sa fierté et son indépendance lui rappelaient son père.

Puis il l'entraîna dans d'étranges quêtes, à la poursuite d'une énigme que Platime disait comprendre de mieux en mieux. Ils devinrent également amants et Aenore tomba enceinte. Cependant son compagnon semblait de plus en plus sombrer dans cette étrange folie, se perdant dans les méandres de son propre esprit, se disant de plus en plus enveloppé de l'énigme. Cette quête délirante semblait devoir le mener à sa perte. Aenore usa de tout son pouvoir sur l'esprit des hommes pour l'aider mais ce qu'elle vit dans le sien lui fit peur.

Un soir il entra dans la niche d'Aenore, au haut de la cascade, cela faisait trois mois qu'elle ne l'avais pas vu et elle le reconnu à peine. Ses yeux étaient exorbités, sa respiration plaintive, et sa voix hystérique…

"Je ne peux pas laisser faire ça, balbutia il, je suis trop près ! Il va naître de deux Mages ! Il va rompre l'équilibre fragile… Je suis trop près, je ne puis laisser l'énigme s'épaissir avec sa naissance… ! Je suis trop près !"

Puis il sortis son poignard, passa la lame sur sa poitrine et se blessa profondément, le sang coula doucement au sol et il invoqua Corporem contre Aenore, tentant d'expulser l'enfant de son corps. Platime était puissant, trop pour elle, elle lutta du mieux qu'elle pu mais sentit l'enfant bouger en elle… La fuite encore, c'était la seule issue, elle se jeta hors de la niche et plongea dans la cascade, ses ailes s'ouvrirent à temps pour la laisser se redresser et prendre son envol. Dans sa folie, Platime l'avait suivie mais il avait disparu dans les flots bouillonnants.

Son accouchement était imminent, et elle n'eut pas le temps de reprendre forme humaine. L'enfant naquit sous sa forme animale… elle le couva longtemps et lorsqu'il vit le jour, ses yeux se fixèrent sur le soleil, sans cligner, sans ciller. Elle le nourrit trois mois puis un matin il était humain… Alors d'aigle elle devint femme et pu enfin lui donner l'amour d'une vraie mère. Mais sans doute la nature avait elle décider que les épreuves de Aenore seraient nombreuses…

La voix tonna sous le ciel noir et le ciel s'emplit d'éclairs :

"Ceci est une aberration ! Ceci est un monstre qui devra périr en même temps que toi !"

"Ton père ne sera pas là pour vous aider à fuir cette fois…"

"Je t'ai cherchée longtemps, mais ses cendres sont d'une insoupçonnable puissance, il me parle à travers elles…"

Son ombre semblait masquer la lune mourante mais son regard était de braises… Il brandit une urne d'argent vers Aenore et incanta haut et clair : "Par les cendres de ton père, voies mon courroux, que mon âme chatoyante consume ton esprit"

Mais à l'instant où sa magie allait de déchaîner, leur salut vint de l'est, les premiers rayons flamboyants du soleil apparurent sur le visage du Mage. Elle pu voir les cicatrices sur ce visage déformé par la haine, et comme les serres de son père un an plus tôt, le soleil l'avait frappé. Il poussa le même cri et sa magie échappa à son contrôle.

C'était le temps qu'il fallait à Aenore pour s'envoler face au soleil, ne le quittant pas des yeux. Mais cette fois elle ne fuyait pas, elle savait où elle devait aller. S'il lui était impossible de le vaincre par la magie, elle le ferait part le droit qu'il vénérait tant.

Et bien que alourdie par le poids de l'enfant dans ses serres, elle devait atteindre cette alliance dont Platime lui avait parlé…

Auteur : KillerBob