Clébert, filius Guernicus.

Condamné pour sorcellerie et brûlé à Aurillac le 4/9/1200.

Son histoire.

On ne connaît pas les origines de Clébert, tout ce que l'on sait de son histoire commence le jour où, âgé de 13 ans, il est accepté comme écuyer de l'Ordre du Temple. L'année suivante, il part pour Jérusalem, en compagnie de son maître chevalier Thibault de Sablon. Là bas commence une vie faite d'entraînements guerriers, de servitudes et de prières en compagnie de ses nouveaux frères templiers.

A l'âge de 19 ans, Clébert devient confrère du Temple, qu'il jure de servir 10 ans durant. Il porte alors secours aux caravanes de pèlerins, bataille avec les armées musulmanes toujours plus nombreuses, châtie les pillards du désert...

Lors d'une de ses missions, Clébert est chargé d'emmener un vieil homme nommé Hémérius à Jérusalem, afin qu'il soit jugé pour meurtre. Durant le voyage, Clébert découvre que cet homme est un magicien, appartenant à un certain Ordre d'Hermès. Au fil des discussions avec son prisonnier, Clébert comprend que le Mage n'a tué que pour se défendre de l'assassin qu'on lui avait envoyé, parce qu'il avait refusé de servir un homme influent de Jérusalem.

Durant le voyage, l'homme parle à Clébert du don, affirmant que notre héros le possède et qu'il doit renoncer à son statut pour rejoindre l'Ordre d'Hermès. Clébert l'écoute mais ne répond pas, il est lié par serment à l'Ordre, et même si les actions de ses frères ne satisfont pas toujours son besoin de justice pour tous, il ne peut rompre son serment.

L'arrivée à Jérusalem est mouvementée, les troupes qui défendaient la ville sainte ont été massacrées à Hattin, où les Templiers ont été décimés. La priorité n'est plus aux jugements mais à la défense de la ville, Hémérius est enfermé, Clébert rejoint ses frères qui combattent déjà aux faubourgs de la ville.

Jérusalem est tombée, bien sûr on se bat encore dans quelques quartiers. Clébert et une vingtaine de chevaliers sont aux portes d'une bâtisse qui tient encore, ils n'y croient plus mais ont décidé de mourir au combat. Clébert se bat comme un lion, mais il est désormais encerclé et les coups pleuvent sur son bouclier et son armure.

Tout d'un coup Clébert sent son corps se transformer en vapeur, les armes de ses ennemis désormais le traversent sans le blesser, puis il sent que c'est son esprit qui à son tour s'évapore, le faisant sombrer dans un sommeil profond.

Quand il se réveille, il est allongé dans une pièce richement meublée, ses blessures et sa fatigue ont disparu, en face de lui Hémérius est là. «Clébert le Templier est mort, Bonjour à toi Clébert, futur Mage de l'Ordre d'Hermès.».

Le chevalier proteste, s'insurge, menace, mais le Mage lui tend une lettre, frappée du sceau de son maître, qui le délivre de son serment envers l'Ordre, «Je leur ai rendu un grand service en échange de cette lettre, et toi tu allais donner ta vie pour ton Ordre, ne t'inquiètes pas, tout le monde sort vainqueur de cet échange».

Clébert finit par accepter, et pour lui commence alors une seconde vie, après avoir tenté de rendre la justice parmi les hommes, il va devoir rendre la justice parmi les Mages.

L'âge ne facilitant pas les études, Clébert n'est pas toujours à l'aise avec les arts occultes, et seul son désir de devenir Quaesitor lui évite d'échouer lors du passage de son gant.

Devenu Mage, Clébert repart vers l'Europe, où on l'informe qu'il doit rejoindre le centre de la France, la Maison Quaesitor n'ayant plus de représentant dans cette région.

Son laboratoire.

Il est situé au 4ème étage de la tour de Guernac; le sceau sur la porte est celui de la maison Quaesitor.

La pièce est éclairée à la bougie, les murs sont blanchis à la chaux, elle ne comporte pas de décoration.

Une paillasse, deux tables, un prie-dieu et quelques chaises. Sur l'une d'entre elles est posé le bouclier de Clébert recouvert d'un drap blanc, à côté ses armes quand il est au château.

Sur une table, une bible, une boîte à parchemins, la constitution de l'alliance, le Code d'Hermès, une plume un encrier et de la cire à cacheter. Sur l'autre table, de la verrerie, quelques outils de laboratoire (mortiers, pilon, pinces, gants,.) méticuleusement entretenus et rangés, les potions de soins restantes, une fiole de verre. Dans un coffret de bois, les points de vis corporem disponibles.

La porte n'est jamais verrouillée.